MÉMÉ à Marseille : oui à la cuisine, non au service.

On avait lu pas mal d'articles sur Mémé alors on a voulu tester ! Notre expérience a été mitigée. On vous raconte.

LE CADRE ET L'AMBIANCE CHEZ MÉMÉ

Le Chef Jérôme Benoit, dit Jéjé le Barbu, a ouvert le 25 janvier 2016 son restaurant Mémé après s'être fait connaître par le public marseillais aux commandes des cuisines d'Il Clandestino.

Chez Mémé, point de décor lumineux et épuré comme la plupart des restos qui s'ouvrent, c'est même tout le contraire !
Ici, on a voulu récréer une ambiance comme chez Mémé avec des lampes fleuries, des portraits de famille au mur, des tables en bois... C'est original et peu commun.

On a été moins séduits par cette salle sombre, aux peintures foncées et aux rideaux tirés en ce début juillet. Il faisait très chaud, on avait l'impression d'étouffer un peu à l'intérieur dans cette ambiance très tamisée alors que le temps était splendide dehors. Peut-être le lieu est-il plus adapté à la saison hivernale...

Notre table en bois était certes jolie mais pas pratique pour un sou : les tiroirs imposants de la table nous bloquaient les cuisses, pas moyen de bouger, de croiser les jambes...

salle

LE SERVICE

Disons le tout net, ça a été le point noir de notre diner et, bien que nous ayons apprécié la cuisine, le service a gâché notre soirée.

Les fautes n'ont pas arrêté de s'enchainer au point d'en devenir réellement énervantes. On n'a gardé que quelques exemples :

  • Des clients arrivés 20 minutes après nous sont servis avant nous.
  • Après l'entrée, nos couverts sont sales, plein de jaune d'œuf. Je mets donc ma fourchette dans mon assiette pour qu'elle soit changée. Au moment de débarrasser, la serveuse prend ma fourchette, la sort de mon assiette sale et la remet sur la table. Incroyable.
    Je lui en fait part à la fin du service, elle m'explique que j'aurais du demander à ce que l'on me change ma fouchette. Je lui explique que je l'ai mise dans mon assiette sale à cette fin. Elle me répond que j'aurais du verbaliser mon souhait...
  • Le service est long, très long... Quand les plats ne sortent pas, la serveuse reste au bar ou en cuisine. Pas moyen de l'appeler pour lui demander de l'eau... On attend...
  • Notre bougie, notre quasi seul point d'éclairage en cette fin de soirée, s'éteint devant la serveuse. On déplore entre nous qu'elle se soit éteint. Elle ne nous la changera pas. Je devrais me lever pour en piquer une sur une autre table.
  • La serveuse propose des digestifs à tout nos voisins de table sauf à nous. Même plus la force de le faire remarquer.

En bref, on sortira du restaurant à minuit, fatigué.
Avec une conclusion qui nous revient en tête tout de même : un mauvais service, ça peut gâcher une soirée.

LA CUISINE DE MÉMÉ

Le principe de Mémé, c'est un menu unique par semaine au prix de 43€ avec des intitulés courts entrecoupés de slashs. Les produits sont frais, du marché (quand on a téléphoné pour réserver, le Chef faisait son marché) et de qualité.

Avant d'entrer dans le restaurant, on regarde attentivement la carte de la semaine affichée dehors. Pas mal !
On entre, on nous distribue les cartes et non, le menu affiché n'est pas le menu servi ! La serveuse nous explique que cela est fait exprès pour dérouter le client...

menu

On débute ce diner avec une brandade de morue en amuse-bouche. Maison. Comme celle de ma mémé.

amuse bouche

En entrée, un œuf 64 degrés/badiane/ibérico/Kalamata.
La sauce est délicieuse, le jambon aussi. Par contre, l'œuf n'est pas assez cuit, le blanc est visqueux, le jaune est cru... Risqué dans un menu unique.
Je passe la main.

entrée

La St Jacques/pomme/foin/poule est top. On se régale, la purée de pomme est originale, la St jacques est très bien cuite mais dites, il n'y en aurait pas une deuxième ? Une seule, c'est un peu juste.

entrée

Vient ensuite le Geonpi (ou le pigeon) accompagné de cerises, chou rave et crevettes grises.
Une fois encore, la sauce est vraiment exceptionnelle. La signature du Chef sans aucun doute ! Ce plat nous régale mais on en voudrait un peu plus que notre unique petit bout de pigeon.

pigeon

Vient ensuite le dessert, citron/carotte/dernières fraises : une belle touche finale, gouteuse et agréable !

dessert

L'addition s'il vous plait : Menu unique à 43€

EN BREF : S'il fallait résumer, on dirait que la cuisine est très bonne, les sauces sont exceptionnelles mais le service, bien en deçà de la prestation du Chef, gâche l'expérience et agace.
En outre, pour un menu à 43€, on aurait bien vu des assiettes plus copieuses : un œuf, une seule st jacques et un unique morceau de pigeon... Il en aurait fallu un peu plus pour nous rassasier.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *